Affaire des gazelles Oryx : « C’est un acte de braconnage… » (spécialistes) Par: Ndèye Safiétou NAM – Seneweb.com | 09 juillet, 2020 à 10:07:25 | Lu 1251 Fois | 44 Commentaires Single Post Affaire des gazelles Oryx : « C’est un acte de braconnage… » (spécialistes) C’est une pluie de critiques qui s’abat sur le ministre de l’Environnement Abdou Karim Sall, depuis l’annonce de la mort de 2 des 6 gazelles Oryx qu’il avait transférées de la Réserve du Ferlo au profit de sa ferme privée à Bambilor. L’affaire fait débat et suscite de vives réactions de la part des spécialistes des parcs nationaux. Selon eux, ces animaux sont intégralement protégés. « L’animal qu’on appelle l’Oryx gazelle est un animal intégralement protégé. Ces animaux sont soumis à la convention de Washington et cette convention oblige les Etats à protéger ces animaux. Même les cornes, les peaux et autres venant de ces animaux sont interdits de vente ou de circulation. Il me semble que c’est au cours du transfert que deux des animaux ont trouvé la mort et cela est dû au fait que très probablement, il y a eu imprudence, inobservation des règles. Un animal sauvage, quand on le transfère, il faut absolument maîtriser le stress parce qu’ils sont souvent victimes de stress », a fait savoir le colonel Momar Guèye, spécialiste de la faune et ancien conservateur des parcs nationaux, intervenu sur Rfm. Ibrahima Mbow lui, considère cette affaire comme un braconnage. Pour le brigadier, chef des parcs nationaux à la retraite, les Oryx algazelles non seulement bénéficient d’une protection intégrale mais ils ne doivent même pas faire le déplacement d’un lieu à un autre. « Transférer un animal à un lieu privé, c’est un acte de braconnage. Nous avons passé toute notre jeunesse à protéger ces parcs, nous avons versé notre sang, On a radié certains parmi nous alors qu’ils ont uniquement tué un petit francolin », dit-il. L’ancien chef des parcs nationaux demande au Chef de l’Etat de réagir dans les plus bref délais pour sauver les parcs nationaux.

Affaire des gazelles Oryx : « C’est un acte de braconnage… » (spécialistes)

Single Post
Affaire des gazelles Oryx : « C’est un acte de braconnage… » (spécialistes)
C’est une pluie de critiques qui s’abat sur le ministre de l’Environnement Abdou Karim Sall, depuis l’annonce de la mort de 2 des 6 gazelles Oryx qu’il avait transférées de la Réserve du Ferlo au profit de sa ferme privée à Bambilor. L’affaire fait débat et suscite de vives réactions de la part des spécialistes des parcs nationaux. Selon eux, ces animaux sont intégralement protégés.
« L’animal qu’on appelle l’Oryx gazelle est un animal intégralement protégé. Ces animaux sont soumis à la convention de Washington et cette convention oblige les Etats à protéger ces animaux. Même les cornes, les peaux et autres venant de ces animaux sont interdits de vente ou de circulation. Il me semble que c’est au cours du transfert que deux des animaux ont trouvé la mort et cela est dû au fait que très probablement, il y a eu imprudence, inobservation des règles. Un animal sauvage, quand on le transfère, il faut absolument maîtriser le stress parce qu’ils sont souvent victimes de stress », a fait savoir le colonel Momar Guèye, spécialiste de la faune et ancien conservateur des parcs nationaux, intervenu sur Rfm.
Ibrahima Mbow lui, considère cette affaire comme un braconnage. Pour le brigadier, chef des parcs nationaux à la retraite, les Oryx algazelles non seulement bénéficient d’une protection intégrale mais ils ne doivent même pas faire le déplacement d’un lieu à un autre.
« Transférer un animal à un lieu privé, c’est un acte de braconnage. Nous avons passé toute notre jeunesse à protéger ces parcs, nous avons versé notre sang, On a radié certains parmi nous alors qu’ils ont uniquement tué un petit francolin », dit-il.
L’ancien chef des parcs nationaux demande au Chef de l’Etat de réagir dans les plus bref délais pour sauver les parcs nationaux.