Dépistage au Covid-19 en Afrique : Entre espoirs et Prudence

Dépistage au Covid-19 en Afrique : Entre espoirs et Prudence

Single Post
Dépistage au Covid-19 en Afrique : Entre espoirs et Prudence
Les responsables des politiques de santé sur le continent s’accordent à dire que les taux de dépistage sont terriblement bas, ce qui pourrait fausser notre compréhension de l’étendue de la propagation du virus.
Au fur et à mesure que les pays sortent de la phase de confinement, seuls le dépistage et le traçage des cas contacts permettront aux gouvernements de savoir réellement ce qui se passe sur le terrain.
Bien entendu, les politiques de dépistage varient considérablement d’un pays à l’autre, mais les épidémiologistes estiment que des cas positifs pourraient ne pas être identifiés.
Les premiers succès apparents de l’Afrique dans la lutte contre la propagation du virus ont été notables, et le nombre de cas n’a pas augmenté aussi rapidement qu’ailleurs.
De nombreux pays ont agi rapidement et, à des degrés divers, ont mis en place des mesures de confinement, des fermetures partielles, des interdictions de grands rassemblements, des couvre-feux et des fermetures de frontières.
L’Afrique du Sud, le Cameroun, la Mauritanie et certaines régions du Nigeria ont lancé de vastes campagnes communautaires de porte-à-porte pour dépister les gens et identifier les cas potentiels à tester.
Certaines nations insulaires et certains pays moins peuplés du continent ont réussi à maintenir un faible nombre de cas.
Les Seychelles ont signalé un cas pour la dernière fois début avril et les 11 cas confirmés de coronavirus ont tous été guéris. La Namibie n’avait pas eu de cas depuis plus d’un mois jusqu’à ce que deux femmes, arrivées d’Afrique du Sud voisine, soient testées positives le 21 mai.
A Maurice, deux personnes rapatriées d’Inde et placées en quarantaine ont été testées positives dimanche – les premiers nouveaux cas depuis plus d’un mois.
Les autorités sud-africaines ont imposé une quarantaine très stricte qui a semblé, dans sa phase initiale, ralentir la propagation du virus. Mais le président Cyril Ramaphosa, tout en annonçant un assouplissement de la quarantaine, a déclaré que le pays devait s’attendre à ce que le nombre de cas d’infection « augmente encore plus et plus rapidement ».
« La pandémie de coronavirus en Afrique du Sud va s’aggraver avant de s’améliorer », a-t-il ajouté.
Néanmoins, l’Afrique du Sud est peut-être en meilleure position que de nombreux autres pays du continent, et les personnels de santé ont réalisé environ 10 tests pour 1 000 personnes. La capacité de dépistage du pays est également en augmentation.
D’énormes disparités